Drainage veineux du membre inférieur

Le membre supérieur comprend des veines superficielles cheminant dans le tissu sous-cutané et des veines profondes sous-jacentes au fascia profond qui accompagnent toutes les artères principales. Les veines des deux réseaux sont munies de valvules, mais celles-ci sont plus nombreuses au niveau des veines profondes.

Veines superficielles du membre inférieur

Les deux principales veines superficielles du membre inférieur sont les grande et petite veines saphènes. La plupart de leurs affluents sont innominés.

La grande veine saphène (v. saphène interne) prend naissance par la réunion de la veine dorsale du gros orteil et de l'arcade veineuse dorsale du pied. La grande veine saphène :

  • Monte en avant de la malléole médiale.
  • Passe derrière le condyle médial du fémur (environ à une largeur de main en arrière du bord médial de la rotule).
  • S'anastomose librement avec la petite veine saphène.
  • Franchit l'hiatus saphène du fascia lata.
  • Débouche dans la veine fémorale.

La grande veine saphène est munie de 10 à 12 valvules qui sont plus nombreuses dans la jambe que dans la cuisse. Elles siègent généralement juste en dessous des veines perforantes ; celles-ci sont également valvulées. Les valvules veineuses sont des replis endothéliaux en forme de coupe délimitant des sinus valvulaires qui se remplissent par leur face supérieure. Lorsque les sinus sont remplis, les valvules ferment la lumière de la veine et empêchent un reflux sanguin en direction distale ; le flux sanguin au sein de la veine devient donc unidirectionnel. Le mécanisme valvulaire fragmente également la colonne sanguine au sein de la veine saphène en segments plus courts, ce qui réduit la pression proximale. Ces deux effets rendent plus efficace la pompe musculo-veineuse et l'aident à vaincre l'effet de gravité qui s'oppose au retour du sang vers le cœur.

Tout au long de son trajet ascendant dans la jambe et dans la cuisse, la grande veine saphène reçoit de nombreux affluents et communique en plusieurs endroits avec la petite veine saphène. Les affluents en provenance des faces médiale et postérieure de la cuisse s'unissent souvent pour former une veine saphène accessoire. Lorsqu'elle existe, cette veine représente la principale voie de communication entre les grande et petite veines saphènes. D'autres veines assez volumineuses prennent naissance aux dépens des réseaux veineux de la partie inférieure de la cuisse et se jettent dans la grande veine saphène avant son abouchement dans la veine fémorale : ce sont les veines cutanées latérale et antérieure. Près de sa terminaison, la grande veine saphène reçoit encore les veines circonflexe iliaque superficielle, épigastrique superficielle (sous-cutanée abdominale) et honteuses externes.

La petite veine saphène (v. saphène externe) prend naissance sur la face latérale du pied par la réunion de la veine dorsale du petit orteil et del'arcade veineuse dorsale. La petite veine saphène :

  • Prolonge la veine marginale latérale et monte derrière la malléole latérale.
  • Longe le bord latéral du tendon calcanéen.
  • S'infléchit médialement pour rejoindre le milieu de la face postérieure de la jambe et pénètre dans le fascia profond.
  • Monte entre les deux chefs du muscle gastrocnémien (jumeaux).
  • Atteint la fosse poplitée et se jette dans la veine poplitée.

Le diamètre des veines saphènes reste remarquablement uniforme en dépit des nombreux affluents qu'elles reçoivent dans leur trajet ascendant. Il faut en voir la raison dans le fait que le sang qu'elles récoltent est continuellement détourné des veines superficielles et sous-cutanées vers les veines profondes par l'intermédiaire de nombreuses veines perforantes.

Les veines perforantes pénètrent dans le fascia profond près de leur origine sur les veines superficielles et, lorsqu'elles fonctionnent normalement, leurs valvules orientent le flux sanguin en direction des veines profondes. Elles traversent obliquement le fascia profond de telle sorte que lorsque les muscles se contractent et augmentent la pression à l'intérieur du fascia, les veines perforantes sont comprimées. Ce mécanisme contribue lui aussi à empêcher le reflux veineux de la profondeur vers la surface. L'orientation du flux veineux de la surface vers la profondeur permet aux contractions musculaires de propulser le sang en direction du cœur en s'opposant à la force de gravité.

Veines profondes du membre inférieur

Les veines profondes accompagnent toutes les artères principales (L. venae comitantes, veines satellites) et leurs branches. Il existe généralement deux veines par artère (bien que souvent une seule soit représentée sur les illustrations) et elles communiquent entre elles tout au long du trajet de l'artère qu'elles accompagnent. Les veines profondes sont comprises dans la même gaine que leur artère satellite de sorte que les battements artériels contribuent à comprimer les veines et à mobiliser le sang qu'elles contiennent.

Bien que l'arcade veineuse dorsale soit surtout drainée par les veines saphènes superficielles, des veines perforantes traversent le fascia profond et alimentent en permanence une veine tibiale antérieure dans la loge antérieure de la jambe. Les veines plantaires médiale et latérale quittent la face plantaire du pied en arrière des malléoles médiale et latérale et forment les veines tibiales postérieures et fibulaires. Les trois veines profondes de la jambe se réunissent en arrière du genou en veine poplitée qui, dans la cuisse, devient la veine fémorale. Les veines qui accompagnent les artères perforantes originaires de l'artère profonde de la cuisse (a. fémorale profonde) recueillent le sang des muscles de la cuisse et se terminent dans la veine profonde de la cuisse (L. venu profunda femoris) qui se joint elle-même à la portion terminale de la veine fémorale. En passant sous le ligament inguinal, la veine fémorale devient la veine iliaque externe du tronc.

Par l'effet de la gravité, le flux sanguin veineux est notablement réduit en position debout au repos. Lors de l'exercice, le sang qui aboutit dans les veines profondes en provenance des veines superficielles est propulsé par les contractions musculaires en direction des veines fémorale puis iliaque externe. Lorsque les valvules veineuses sont suffisantes (capables de jouer leur rôle), elles s'opposent normalement au flux en sens inverse, c'est-à-dire des veines profondes vers les veines superficielles. Les veines profondes sont plus variables et s'anastomosent davantage que les artères qu'elles accompagnent. Lorsque cela s'avère nécessaire, les veines profondes et les veines superficielles peuvent être ligaturées sans dommage.

Résumé récapitulatif
Les veines du membre inférieur comprennent des veines superficielles (dans le tissu sous-cutané) et profondes (sous le fascia profond). Les grande et petite veines saphènes (superficielles) drainent principalement les téguments ou la peau ; par l'intermédiaire de nombreuses veines perforantes, le sang des veines superficielles est continuellement détourné vers les veines profondes qui accompagnent les artères. Les veines profondes sont comprimées par la contraction des muscles (pompe musculo-veineuse) et ce processus contribue au retour veineux. Toutes les veines du membre inférieur sont munies de valvules qui s'opposent aux effets de la gravité.



Varices, thrombose et thrombophlébite

Il est fréquent de voir la grande veine saphène et ses affluents se dilater et devenir variqueuses (c'est-à-dire se dilater à un point tel que les cuspides de leurs valvules ne se ferment plus). Les v...

en lire plus
Greffons de veine saphène

La grande veine saphène est couramment utilisée dans les pontages coronariens parce que ( 1 ) elle est facilement accessible, (2) la distance séparant ses affluents et les veines perforantes qui y déb...

en lire plus
Dénudation veineuse et lésion du nerf saphène

Même lorsqu'elle n'est pas visible sous la peau, comme c'est le cas chez le nourrisson, les obèses ou les patients en état de choc dont les veines sont collabées, la grande veine saphène peut toujours...

en lire plus